Qu’est-ce que l’Académie catholique du Val de Seine ?

L’Académie catholique du Val de Seine est une instance indépendante dont le but est de favoriser la rencontre, l’échange, la recherche d’universitaires, laïcs ou religieux, attachés à la pensée chrétienne ou désireux de la découvrir. Elle organise des rencontres régulières permettant de développer le dialogue interdisciplinaire entre chercheurs résidant dans le Val de Seine, dans le but de communiquer et d’approfondir leurs travaux. Elle met aussi en place des conférences grand public pour valoriser cette recherche. Elle peut solliciter des experts reconnus pour apporter des éclairages spécifiques. Elle a le souci d’un dialogue constructif avec les représentants de la vie associative, civile et religieuse locales. Elle est animée par un conseil restreint de quatre membres chargé de promouvoir les échanges et les intérêts de l’Académie. Elle est établie à Athis-Mons chez les Frères des Ecoles chrétiennes.

Pourquoi une Académie Catholique en Val de Seine ?

La région de Juvisy, Athis-Mons, Viry-Chatillon et ses environs possède une tradition intellectuelle prestigieuse et des institutions renommées, qu’il convient d’honorer et de développer. C’est la raison même de sa dénomination.

Académie. Classiquement au 17e siècle, ce terme désigne un groupe désireux d’illustrer et de promouvoir le perfectionnement des sciences, des arts et des lettres. Le domaine du Château d’Oyzonville, actuelle maison des Frères des Ecoles Chrétiennes à Athis-Mons, est le lieu où Valentin Conrart (1603-1675), érudit et écrivain français, invitait, pendant l’été, ses amis, dont le Cardinal Richelieu. Ensemble, ils décidèrent l’établissement de l’Académie française. Valentin Conrart en fut le premier secrétaire perpétuel. Le choix de ce terme traduit notre ambition de favoriser la création, le partage de la recherche, dans une totale liberté intellectuelle.

Catholique. L’Académie ne nie pas sa référence à une tradition religieuse qui lui donne sa visée universelle. Elle est d’autant plus enclin à choisir ce vocable qu’au couvent des Dominicains à Juvisy se déroulèrent les grands débats de 1931-1932 sur la possibilité d’une philosophie chrétienne, où intervinrent par oral ou par communication écrite des philosophes aussi prestigieux que Jacques Maritain, Etienne Gilson, Maurice Blondel, Edith Stein, M.-D. Chenu…

Val de Seine. Dans une région aux abords de Paris en complète mutation économique, marquée par un réel dynamisme démographique, où sont notamment établis de nombreuses associations, des institutions scolaires catholiques importantes (Collège St Charles et Institut St Louis-St Clément), des pôles de recherche  (zone aéroportuaire d’Orly), il est important de manifester une présence intellectuelle du catholicisme d’un haut niveau.